Comment installer une pergola bioclimatique ?

Les pergolas connaissent un succès grandissant car elles permettent de profiter pleinement de son extérieur tout en se protégeant des effets du soleil et des intempéries. Au-delà de leur fonction d’ombrage, les modèles bioclimatiques se démarquent par leur capacité à assurer confort et bien-être sur la terrasse ou au jardin.

Qu’est-ce qu’une pergola bioclimatique ?

Une pergola bioclimatique est une structure légère installée à l’extérieur qui va permettre à la fois d’ombrager : 

A lire aussi : Comment se calcule la plus-value sur un bien immobilier à Marseille ?

  • une terrasse ; 
  • une piscine ; 
  • un jardin. 

De nombreux modèles sont disponibles sur le marché. Plusieurs critères entrent en considération pour faire votre choix de pergola bioclimatique.

Les avantages d’une pergola bioclimatique

Cette structure assure votre confort extérieur. Ses lames orientables en bois ou aluminium ont 5 à 10 cm de large espacées de 10 à 15 cm. Elles protègent efficacement contre les rayons directs du soleil.  Elles sont modulables afin de laisser pénétrer une lumière douce et de profiter de la vue sur l’extérieur. 

A lire aussi : Comment gérer la situation de copropriété ?

Sa structure aérée en poutrelles en I ou porte-à-faux déportée de plusieurs mètres facilite également la ventilation naturelle. Les courants d’air peuvent ainsi circuler et rafraîchir les environs même lors des fortes chaleurs estivales. 

Choix du matériau et de la structure

Cette étape est cruciale dans la conception d’une pergola bioclimatique.

Le bois 

Ce matériau noble est apprécié pour ses qualités esthétiques et techniques. Son aspect naturel apporte de la chaleur et donne du caractère aux espaces extérieurs. Il possède également des vertus isolantes qui maintiennent une température ambiante agréable. Cependant, le bois nécessite un entretien régulier afin de préserver ses performances dans le temps. 

Un traitement à l’huile devra être appliqué chaque année pour le protéger des agressions climatiques comme la pluie ou le rayonnement UV. Parmi les essences les plus recommandées, le cèdre résiste particulièrement bien aux intempéries et aux insectes. Ses nuances dorées embellissent les jardins. L’azobé et l’acacia sont également des choix durables grâce à leur solidité et leur faible retrait. 

L’aluminium

L’aluminium présente également des atouts intéressants pour la construction de pergolas bioclimatiques :

  • résistance aux intempéries ;
  • légèreté ;
  • facilité de pose.

Cependant, l’aluminium possède aussi certains inconvénients à prendre en compte, notamment sa structure moins esthétique. Son aspect métallique froid lui confère un style moins chaleureux que le bois. Sa conductivité thermique élevée peut entraîner une surchauffe des surfaces exposées aux rayons solaires.

La structure 

Le choix de la structure est déterminant, car elle garantit la solidité et la performance de la pergola. Un modèle en porte-à-faux permet de déporter les éléments de toiture de quelques mètres par rapport au mur. Vous créez ainsi une surface d’ombre plus importante. Cette structure requiert, cependant, des poteaux de fondation résistants, ancrés dans le sol bétonné ou enterrés sur au moins 80 cm. 

L’utilisation de puissantes poutrelles en acier galvanisé en forme de « I » présente plusieurs avantages. Leur profil renforcé offre une meilleure rigidité face aux intempéries. De plus, leur infiltration simplifie le passage des câbles et conduites lors d’une motorisation. 

Choix des lattes orientables

Les lattes sont le cœur du système et doivent s’adapter aux conditions climatiques.

Lames mobiles 

Avec des lames mobiles, vous modulez l’ombrage de manière optimale. Elles pourront être orientées manuellement à l’aide d’une crémaillère. La domotique vous offre la possibilité de les régler via une télécommande ou des détecteurs de luminosité. Dans ce dernier cas, le système garantira une protection complètement automatisée. 

Pour un compromis esthétique-performance intéressant, le composite aluminium-bois ou fibres-PVC résistera aux UV tout en imitant l’aspect naturel du bois. Quelle que soit le matériau choisi, un espacement de 10 à 15 cm optimisera l’équilibre ombre-lumière et le dégagement de flux d’air.

Variantes 

Plusieurs formes de lames sont envisageables selon l’effet recherché. Les lames concaves, en formant un auvent plus prononcé, maximiseront l’ombre portée sur toute la surface désirée. À l’inverse, une géométrie droite laissera mieux pénétrer la lumière zénithale tout en protégeant des rayons latéraux. 

Pour un style rustique, le rotin tressé ou le bambou noué confèreront une dimension naturelle à l’ensemble. Ces matériaux organiques devront être fréquemment renouvelés. Dans une optique écoresponsable, équipez les lames de panneaux photovoltaïques ou thermiques à faible rendement. Bien qu’alourdissant l’investissement initial, ce système hybride permettra de produire de l’électricité ou d’amortir les pics de chaleur.

Implantation et dimensionnement

L’implantation de la pergola est une étape clé pour optimiser son confort d’usage. Une orientation au sud permettra de bénéficier de sa protection solaire lors des mois chauds, tandis qu’une orientation au nord en fera un agréable jardin d’ombrage. Evitez l’est et l’ouest, plus exposés aux vents dominants et aux précipitations. 

Concernant les dimensions, une hauteur sous plafond minimale de 2,40m rendra l’espace fonctionnel et permettra la circulation. Un débord de 1 à 3 m par rapport à la terrasse augmentera la surface ombragée. La longueur et largeur seront déterminées en fonction des zones à protéger et de leur ensoleillement. 

à voir