Quel est le taux immobilier en ce moment ?

« Si l’ on s’attend à une stabilité du marché , le prix des biens devrait encore augmenter au cours des 12 prochains mois . » Nous l’avons prédit dans notre article annuel, qui fait le bilan de 2019 et annonçait les prévisions pour l’année à venir : 2020 et ses nombreuses surprises.

A lire en complément : Quand Est-il intéressant de rembourser un prêt par anticipation ?

Pendant la crise du coronavirus, de nombreux experts craignaient une baisse des prix des logements. Malgré tout et toutes les chances, les chiffres se sont avérés être meilleurs que prévu. En effet, les prix de l’immobilier n’ont cessé d’augmenter et les acheteurs potentiels ne l’apprécient pas. A-t-on suivi la même tendance en ce qui concerne les taux d’intérêt hypothécaires ? Entre les taux d’intérêt et les prêts immobiliers, nous tracons un poste de bilan.

A lire aussi : Comment obtenir un prêt de 1000 euros ?

L’ impact de Covid19

En mars 2020, la crise du coronavirus a frappé l’ensemble du Royaume et a entraîné un déclin de l’activité économique. Comme d’autres secteurs, la crise affecte l’immobilier et a un impact significatif sur le nombre de transactions en Belgique.

Selon guide-épargne.be, les restrictions sanitaires qui empêchaient les visites de biens ont entraîné une baisse de 23,9% en avril par rapport à avril 2019. En mai, nous diminuons de près de 30%, tandis que la situation semble se redresser en juin avec une augmentation de 8,4 %.

Ceux qui pensaient que le ralentissement de notre économie et de notre passivité exercerait une pression sur les prix de l’immobilier sur le marché, ont dû revoir leurs prévisions. En fait, il est observé que de janvier à juin 2020, le prix moyen d’une maison était de 267.040 euros, ce qui est un hausse des prix de 1,9% par rapport à la moyenne annuelle de 2019.

Les mesures prises et les conséquences

Il y a un an, les prix de l’immobilier étaient à des niveaux historiquement bas. La crise du coronavirus n’a pas changé de manière significative. En effet, il est noté que le Baromètre des taux Immotheker en février de cette année indiquait 1,50 % pour un prêt immobilier à revenu fixe sur 20 ans, après quoi l’acheteur emprunterait de 81 à 100 % de la valeur de l’investissement immobilier. Huit mois plus tard, en septembre, le baromètre a enregistré un taux de 1,27%.

protéger le pouvoir d’achat

La raison pour laquelle la crise actuelle contribue au maintien de ces taux d’intérêt bas est qu’en même temps les mesures ont été mises en place par la Banque centrale européenne (BCE) pour maintenir l’argent en mouvement dans l’économie dite réelle et de protéger le pouvoir d’achat. Ces faibles taux d’intérêt permettent aux entreprises et aux gouvernements d’emprunter à un coût moindre, car dans la situation actuelle, cela constituerait un risque important pour les entreprises dont la dette serait fatale. Toutefois, les nouvelles mesures de soutien monétaire de la BCE sont une aubune pour l’emprunteur qui souhaite demander un prêt hypothécaire.

Bien qu’il semble que les futurs acheteurs puissent profiter de ces prix avantageux pour faire des affaires sur le marché et trouver la meilleure affaire, il y a quelques points à clarifier :

rapport de 90%

obtention du crédit L’ devient de plus en plus compliquée, la Banque Nationale de Belgique oblige désormais les banques à recommander un ratio de 90 % par rapport aux emprunteurs (rapport entre le montant emprunté et la valeur de la maison). Vous devez donc ajouter 10% du total du système de richesse convoité. En plus de ce financement, des frais supplémentaires tels que les frais de demande et les frais de notaire s’appliqueront au moment de l’achat.

En outre, malgré les mesures prises pour protéger le pouvoir d’achat des ménages, beaucoup ont dû tirer parti de leur épargne ou de leur épargne pendant la crise. Les acheteurs potentiels ont donc reporté l’achat de leur maison ou de leur appartement.

Cette baisse du taux d’intérêt , combinée aux nouvelles mesures, crée un paradoxe sur le marché hypothécaire. En effet, grâce à ces nouvelles mesures, les taux d’intérêt sont maintenus à leur niveau le plus bas, mais ils ne viennent qu’aux Belges, qui peuvent financer au moins 10% du coût total de leur projet immobilier. Il semble donc que ceux qui veulent contracter un prêt sans contribution devront économiser de l’argent avant d’espérer l’obtenir.

Quand est le bon moment ?

Vous voulez investir dans l’immobilier mais vous ne savez pas quand commencer ? Comme vous le comprendrez, il y a plusieurs cases à cocher avant de commencer les étapes.

Pour vous assurer que vous empruntez au bon moment, il est important de trouver le meilleur taux d’intérêt. Aujourd’hui, les taux d’intérêt sont relativement bas pour les raisons susmentionnées. Cependant, restez à jour, continuez à vérifier les prix et, surtout, comparer régulièrement les prix. Sur tous les sites Web des partenaires bancaires, vous pouvez trouver une comparaison d’intérêts très fiable. En empruntant au meilleur prix, vous pouvez faire un investissement intelligent en réduisant les coûts.

Vous pouvez également rivaliser en ajustant les taux d’intérêt offerts par les banques négocier. De plus, vous avez une bonne vue d’ensemble de votre budget, de votre situation financière et de votre capacité de crédit. En fonction de votre situation personnelle et de votre éligibilité au remboursement, votre banquier est enclin ou non à vous accorder un crédit à un bon prix.

Si vous prenez en compte toutes ces données, mettez toutes les chances sur votre site pour réussir votre achat immobilier.

Voulez-vous démarrer ou redémarrer votre projet immobilier ?

Contactez notre agent dès maintenant