La réduction fiscale en PER : comment ça marche ?

Le PER, Plan d’Epargne Retraite, et un moyen de profiter d’une réduction d’impôt qui est possible avec la déduction des versements. C’est suite à la loi Pacte que le PER voit le jour. Son objectif est d’anticiper financièrement sa retraite. Sa différence avec le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) et avec le contrat Madelin, c’est qu’il permet de diminuer le montant de l’impôt sur le revenu. Grâce au PER, plus votre épargne est importante, moins vous payez d’impôts. Pour cela, il faut toutefois connaître la manière de s’y prendre pour bénéficier de cet avantage fiscale. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir à ce sujet !

Quel est le fonctionnement ?

Il est important de comprendre de prime abord que le PER n’a pas pour effet de réduire ses impôts. Il s’agit plutôt d’une déduction fiscale. En bref, il est possible de déduire de son revenu imposable les montants épargnés sur le PER. Si le revenu imposable baisse, l’impôt diminue donc automatiquement.

A lire aussi : Quelles sont les charges déductibles des impôts ?

Comment calcule-t-on l’économie d’impôt ?

Le montant qui est déduit de l’impôt est calculé en proportion de la tranche marginale d’imposition de l’épargnant. Voici un exemple de calcul :

Si la tranche marginale de votre imposition s’élève à 30 % et que le montant épargné sur votre PER est de 5000 euros, alors la baisse d’impôt s’élève à 1500 euros (30 % est pris sur les 5000 euros). Pour une tranche de 41 %, la baisse sera de 2050 euros. L’avantage est cependant moindre quand la tranche d’imposition n’est que de 14 %. La somme gagnée se limite à 700 euros.

A voir aussi : Est-ce que la loi Pinel est vraiment intéressante ?

A qui peut bénéficier l’avantage fiscal ?

Grâce à l’exemple exposé précédemment, on peut constater que la réduction fiscale en PER est plus intéressante pour les personnes ayant une tranche d’imposition élevée.

Le seuil de 30 % correspond à un taux minimal à avoir afin que l’opération vous soit bénéfique. Au-delà de 30 %, l’avantage fiscal est encore plus avantageux pour les épargnants qui ont, par conséquent, tout intérêt à ouvrir un PER. Il faut savoir également que la sortie de PER est fiscalisée. Cela implique qu’il vaut mieux avoir une tranche marginale plus basse au moment de la sortie du plan afin d’en tirer avantage fiscalement au maximum.

La réduction fiscale d’un PER a-t-elle un plafond ?

Il n’y a pas de plafonnement de fixé pour un PER comme c’est le cas pour les niches fiscales où le montant à ne pas dépasser est de 10 000 euro (par foyer fiscal et par an). C’est pourquoi le Plan épargne retraite s’avère être particulièrement intéressant et plus avantageux que d’autre plans d’épargne.

Toutefois les sommes versées qui sont déductibles du revenu imposable subit lui, un plafonnement fixé par la loi.

Si vous êtes salarié :

  • 10 % du revenu net imposable sur l’année précédente
  • la somme de 32 419 euros au maximum en 2022

Si vous êtes non-salarié :

  • 10 % de la fraction du bénéfice imposable qui se situe dans la limite de 10 % de 329 088 euros, le montant déductible étant donc plafonné à 32 909 euros en 2022
  • 15 % de la fraction du bénéfice imposable compris entre 41 136 et 329 088 euros, soit un montant déductible plafonné à 43 193 euros en 2022

Ces deux plafonds peuvent se cumuler : un travailleur non salarié peut donc faire une déduction maximale de 76 102 euros en 2022

Il est possible de rehausser ces plafonds en récupérant les marges de plafonds qui n’ont pas été utilisées les années précédentes et en effectuant une mutualisation des plafonds de deux conjoints.

Notez que si votre plafond disponible n’est pas lisible sur le dernier avis d’imposition, vous êtes tout à fait en droit de le demander à l’administration fiscale afin qu’il apparaisse. Cette demande s’effectue par e-mail sur le site impots.gouv.fr et en passant par votre espace personnel.

Quelles sont les contraintes de la réduction fiscale de Plan Epargne Retraite ?

Si le PER donne la possibilité de profiter d’une déduction fiscale, il faut savoir que celle-ci s’opère à l’entrée. L’impôt lui, est au contraire transmis à la sortie.

Pour les contribuables ayant prévu une sortie en rentes viagères, il faut prendre en compte aussi que ces rentes sont soumises à l’impôt sur le revenu. Il en est de même pour les prélèvements sociaux à 17,2 % et les pensions de retraite.

Les contribuables ayant prévu par contre une sortie en capital, doivent eux choisir entre deux possibilités. Ils doivent opter pour une soumission de leur capital à l’impôt sur le revenu ou opter pour une taxation des plus-values. Celles-ci seront taxées à hauteur de 30 % en Prélèvement Forfaitaire Unique (ce que l’on appelle le PFU).

Malgré ces contraintes, le Plan Epargne Retraite reste une économie non-négligeable. Cette économie peut par ailleurs être investie dans un autre plan d’épargne telle qu’une assurance vie. Cela permet de pleinement faire fructifier ce gain et de tirer profit au maximum de la déduction fiscale.

En bref, si vous souhaitez préparer votre retraite sereinement, que vous faites partie des contribuables hautement imposés à hauteur de 30 % minimum et que vous souhaitez tirer des avantages économiques intéressants d’un plan d’épargne, le PER correspond à votre profil.

 

à voir