Quel type de SCPI ?

S’il existe de nombreux moyens d’investissements pouvant vous permettre d’avoir des revenus passifs, les SCPI en sont un exemple concret. De nombreux investisseurs ont donc choisi ce produit pour diversifier leur investissement. Toutefois, les SCPI sont réparties en plusieurs catégories. Il faut donc connaître quel type de SCPI existe afin de mieux investir. Découvrez ici les types de SCPI sur le marché.

Les SCPI de rendement

Sur le marché, les SCPI de rendement sont les produits que vous trouverez le plus. Elles sont estimées à environ 90 % de la capitalisation globale. Ici, de nombreux investisseurs achètent de l’immobilier professionnel dans le but de le rentabiliser. Ainsi, les risques ainsi que les bénéfices sont mutualisés. À travers une agence de gestion, les acquéreurs achètent des parts d’un parc immobilier dont les bénéfices à la revente seront distribués au prorata.

Lire également : Vous voulez devenir propriétaire : 4 lois à connaitre

Les avantages ici sont nombreux. L’investisseur est tranquille d’esprit, puisqu’il n’aura pas à s’occuper de la gestion du patrimoine. De même, investir dans une SCPI de rendement vous permet d’avoir des revenus nets de frais allant jusqu’à 4,2 %.

Dans la grande catégorie des SCPI de rendement, on retrouve :

A découvrir également : Acheter en copropriété : avantages et inconvénients

  • Les SPCI spécialisées,
  • Les SCPI régionales,
  • Les SPCI de bureaux,
  • Les SCPI diversifiés,
  • Les SCPI de commerces.

Chaque variante répondra à un besoin spécifique qui varie d’un investisseur à un autre.

Les SCPI de plus-values

Contrairement à une SCPI de rendement qui vise un partage de revenus assez régulier, les SCPI de plus-values sont différentes. En effet, ce type de SCPI vise un bénéfice dans le temps. Pour cela, les investisseurs misent sur des biens ayant une forte potentialité à la revente.

Il faudra donc faire preuve de patience jusqu’à la vente du bien. Entre temps, l’investisseur ne profite d’aucun rendement pendant qu’il détient encore son bien. Toutefois, il peut percevoir des dividendes exceptionnels, même si cela reste très rare. Comme vous pouvez bien le deviner, il ne faudra opter pour cette SCPI que si vous souhaitez investir à long terme.

Les SCPI en démembrement

Lors d’un investissement dans une SCPI en démembrement, les droits sont répartis entre le nu-propriétaire et l’usufruitier (deux investisseurs à la base). En effet, la nue-propriété est un contexte dans lequel l’acheteur investit sur un bien avec un faible coût à l’achat. Toutefois, il n’en profite pas dans l’immédiat. L’usufruitier jouit donc de ce bien. Les deux acteurs sont liés par un contrat parfois de longue durée (entre 10 et 20 ans).

À la fin du contrat établi, le nu-propriétaire entre en possession du bien en profitant d’une décote considérable du bien. Ce type d’investissement est conseillé pour développer son patrimoine en réduisant les charges fiscales afférentes.

Les SCPI fiscales

Les SCPI fiscales sont aussi une catégorie intéressante dans laquelle vous pouvez investir. Ici, l’investissement est orienté vers l’immobilier neuf ou rénové. Toutefois, la gestion est confiée à une agence reconnue par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Le but est de profiter d’une réduction d’impôt. Pour cela, des dispositifs de défiscalisation tels que la loi Pinel, Malraux ou le régime de déficit foncier entreront en ligne de compte. Avec la loi Pinel, un investisseur peut par exemple profiter des réductions sur impôt allant de 12 à 21 %. Néanmoins, les normes énergétiques RT 2012 et BBC doivent être respectées.

La loi Malraux encourage les investissements dans l’immobilier en rénovation. Avec cette loi, l’investisseur qui engage jusqu’à 100 000 euros pour des travaux de rénovation, peut prétendre à une réduction d’impôt de 30 %.

Toute comme la loi Malraux, le régime du déficit foncier incite à investir dans les immobiliers à rénover. Ici, lorsque les revenus sont inférieurs aux charges déductibles, une partie de cette différence est déduite du revenu global de l’investisseur sur une dizaine d’années.

à voir