Comment défiscaliser ses revenus immobiliers locatifs ?

Les revenus locatifs subissent une imposition sévère qui affecte le rendement du patrimoine immobilier. Pour réduire cette charge et mieux jouir de leur bien, les investisseurs immobiliers doivent adopter les meilleures stratégies de défiscalisation. Cet article vous propose justement quelques solutions pratiques pour y arriver.

Réaliser des travaux déductibles

Lorsque vous déclarez vos revenus locatifs, le fisc vous propose l’un des régimes d’imposition ci-après :

Lire également : Qui doit signer le bail de location ?

  • Le régime micro-foncier pour les patrimoines immobiliers dont les revenus ne dépassent pas quinze mille euros par an : vous bénéficiez alors d’un abattement de 30 % sur tous les revenus que rapporte le bien ;
  • Le régime réel qui s’applique normalement à partir de quinze mille euros et qui vous dispense de l’abattement : ici, vous pouvez déduire quelques charges relatives aux travaux et aux frais de gestion.

Pour ce dernier régime, tout investisseur locatif pourrait donc procéder à une défiscalisation très avantageuse. En sollicitant des experts de la défiscalisation, ils bénéficient d’une meilleure orientation pendant toute la procédure.

De même, lorsque vous entreprenez des travaux de rénovation dans une habitation, vous devez prélever toutes les dépenses de vos revenus.

A découvrir également : Comment se déclarer LMP ?

Si ces charges dépassent vos revenus fonciers, vous pouvez alors créer un déficit foncier à reporter sur les années suivantes.

Les travaux déductibles concernent les éléments ci-après : l’installation électrique, l’isolation, la toiture et toute autre rénovation pour améliorer le confort de la maison.

Opter pour une location meublée

Pour réduire convenablement vos impôts sur revenus immobiliers, vous pouvez opter pour une location meublée. Si nous prenons en compte quelques charges, en l’occurrence l’amortissement, le régime réel s’avère plus avantageux avec une location meublée qu’avec une maison vide. Si vous choisissez ce statut, vous pouvez alors déduire de vos revenus de nombreuses dépenses à savoir :

  • Les frais d’entretien et de réparation ;
  • Les frais d’établissement, de gestion et d’assurance ;
  • La taxe foncière et l’intérêt d’emprunt ;
  • L’amortissement des locaux et des mobiliers ;
  • Les travaux d’amélioration.

En ce qui concerne le régime micro-BIC, l’abattement passe ici de 30 % à 50 % et suggère un plafond de soixante-douze mille euros.

Investir en Pinel

En dehors des charges déductibles et de la location meublée, vous pouvez défiscaliser vos revenus sur impôts grâce à un bon investissement en Pinel.

Selon les dispositions de la loi Pinel, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts lorsque vous êtes fiscalement domicilié en France et que vous avez réalisé des investissements locatifs.

Dans cette logique, vous pouvez profiter d’une réduction d’impôts comprise entre 12, 18 ou 21 % du coût total de l’opération.

Le taux de réduction varie en fonction de la durée de location et le coût de l’opération est plafonné à trois cent mille euros. D’ailleurs, pour ce montant et un engagement conclu sur 9 ans, vous pouvez exonérer vos impôts de 6 000 € par an.

Choisir le démembrement de propriété

En tant qu’investissement immobilier, toute décision relative à votre patrimoine doit prendre en compte l’impact fiscal de cette dernière.

Ainsi, pour mieux profiter de vos gains sur investissement immobilier, vous pouvez envisager un démembrement de propriété. Plus explicitement, lorsque vous optez pour la nue-propriété, vous ne percevez pas de revenus fonciers, et donc vous ne payerez pas d’impôts.

Selon ce type de transaction, seul l’usufruitier perçoit les revenus et se charge donc de payer les taxes concernées. Cette stratégie vous permet alors de constituer facilement votre patrimoine immobilier sans augmenter vos impôts.

En bref, nous vous recommandons d’étudier chacune de ces options afin de choisir la plus commode pour défiscaliser votre imposition.

à voir