Metavers : l’immobilier virtuel s’effondre

Alors que les marchés immobiliers sont en bonne santé en France, on peut se pencher sur la situation de l’immobilier dans le numérique. Le fonctionnement est exactement le même et repose sur l’offre et la demande. L’intérêt pour les métavers, ces univers alternatifs virtuels, est en train de chuter, entrainant une énorme baisse du prix des biens immobilier. C’est un phénomène assez particulier, on vous explique.

Retour sur le métavers

Il faut tout d’abord faire un petit retour sur le métavers pour comprendre de quoi il s’agit. Le métavers est en fait un terme que l’on utilise pour désigner des univers virtuels, copiant plus ou moins la réalité. Il peut s’agir de jeux vidéo, d’espace d’échange ou même d’une plateforme commerciale. Le phénomène existait déjà, mais est revenu sur le devant de la scène avec l’ambition de Mark Zuckerberg de proposer son métavers “Horizon Worlds” censé révolutionner le genre et permettre une nouvelle utilisation du numérique au quotidien.

Lire également : Les démarches pour devenir propriétaire d’un bien immobilier ?

Dans les faits, il y a déjà plusieurs jeux ou plateformes en développement qui propose leur propre métavers. Le plus connu est sans doute Decentraland, pour y accéder, il suffit de s’inscrire sur la plateforme dédiée, sinon on peut essayer d’autres univers en utilisant des Steam card pour voir ce qui se fait sur la plateforme Steam, qui regroupe de nombreux jeux qui proposent une forme de métavers.

Un effet de mode déjà passé ?

Alors que l’engouement était total lors des annonces de Mark Zuckerberg, la mode semble retombée, les statistiques de présence sur les différentes plateformes sont loin des objectifs et ceux qui avaient acheté des terrains virtuels sur Decentraland ou The Sandbox risquent de devoir attendre longtemps pour espérer revendre leur bien à la hausse. D’après les données récoltées par WeMeta, le nombre de transactions immobilières aurait chuté de 97 % dans ces univers.

A voir aussi : Quand peut-on résilier une assurance emprunteur ?

Comme pour les marchés immobiliers réels, sur le métavers, l’immobilier est soumis à la loi de l’offre et de la demande, et la demande n’est clairement plus là pour le moment. Le nombre de transactions et la valeur des biens a dégringolé face au manque d’intérêt des utilisateurs. Cela est aussi dû à la perte de valeur des cryptomonnaies qui constituent la devise de ces plateformes, mais le véritable problème est le manque d’intérêt du public.

Révolution ou désillusion ?

La mode pour les univers virtuels semble être passée, mais rien ne dit qu’elle ne va pas revenir un jour. En effet, Second Life, un jeu sorti en 2003, reprenait déjà les mêmes codes. Terrains achetables avec de l’argent, boutiques de grande marque de mode en ligne pour personnaliser son personnage, etc. Cela n’a rien de révolutionnaire, simplement, on n’utilisait pas le terme métavers à l’époque. L’engouement pour ce jeu a été à son paroxysme dans les années 2006-2007.

Ce n’est alors pas impossible de revoir un tel engouement avec encore plus de joueurs et de marques se lancer dans l’aventure. Pour l’heure, les investisseurs ont été refroidis et il faudra sans doute attendre quelques années avant qu’un métavers puisse vraiment sortir du lot.

à voir