Comment financer l’achat d’un appartement en Espagne ?

Comment financer l'achat d'un appartement en Espagne ?

L’investissement immobilier à l’étranger est devenu plus simple. La croissance des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) a favorisé l’investissement immobilier à l’échelle internationale. Les Français ne restent pas en marge et envisagent pour la plupart d’acquérir un logement à l’étranger. En général, ils préfèrent se tourner vers leurs voisins européens. L’Espagne fait partie des pays vers lesquels les Français se tournent le plus pour investir. Plusieurs raisons motivent les Français à investir dans l’immobilier en Espagne. Le secteur immobilier y propose effectivement des tarifs plus bas. 

Moyens de financement possible

Deux moyens permettent généralement de financer un achat immobilier en Espagne. L’on peut envisager un prêt immobilier auprès d’une banque française. La majorité des banques françaises obligent que les personnes souhaitant bénéficier d’un prêt pour le financement d’un achat immobilier à l’étranger soient déjà propriétaire d’un bien. Par conséquent, elles exigent une garantie. Ainsi, le bien que l’on possède déjà en France servira de garantie. Il est impossible de bénéficier de ce prêt si votre bien actuel est en cours de financement au moyen d’un prêt. Aussi, vous pouvez faire une demande de prêt à l’étranger. Cela nécessite la traduction de l’ensemble des documents nécessaires. Prenez en compte les dépenses liées aux frais de transactions bancaires et à la traduction des documents. Le décalage horaire peut aussi impacter les échanges bancaires. Découvrez cet appartement à vendre en Espagne.

A découvrir également : Acheter un bien immobilier : comment estimer ses frais de notaire ?

L’achat immobilier en Espagne pour les non-résidents

Si vous êtes Français et que vous souhaitez acheter un bien immobilier en Espagne, vous devez savoir que la procédure sera un peu longue. Toutefois, la loi qui encadre l’immobilier en Espagne en ce qui concerne l’obtention d’un crédit est moins rude qu’en France. Seulement, les taux d’intérêt proposés aux non-résidents sont plus élevés et un apport personnel d’au moins 40 % est requis.

A voir aussi : À quel moment recourir à un promoteur immobilier ?

à voir